MACRO-BIOPSIE DU SEIN (MAMMOTOME)

INDICATIONS

Les macrobiopsies sont réalisées pour caractériser des anomalies détectées sur le bilan mammographique, sans traduction en échographie et pour lesquelles un prélèvement par microbiopsie n’est donc pas possible.

C’est en particulier la seule méthode fiable permettant de déterminer si des microcalcifications sont bénignes ou malignes.

CONTRE-INDICATIONS

Pas de contre-indications particulières.

Il est cependant nécessaire de signaler si vous êtes sous anti-coagulants. Un arrêt du traitement peut être nécessaire avant l’examen.

RETOUR AU DOMICILE

Après la biopsie, un pansement compressif est appliqué sur le sein. Il associe une bande velpo, que la patiente conserve 24 heures et des pansements sutures, conservés 3 jours.
La plupart des femmes se sentent généralement très bien après cet examen et retournent à leurs activités et obligations quotidiennes.
Toutefois, il est conseillé de ne pas fournir d’efforts importants (activités sportives, ménagères ou professionnelles) pendant au moins 24 heures pour éviter la constitution d’un hématome. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire d’être accompagné lors de votre venue, en particulier pour votre retour à domicile, la conduite de véhicule à moteur étant déconseillée dans la suite immédiate du geste, mobilisant les bras.
Dans des cas extrêmement rares, un saignement peut se produire. Consultez alors sans délai votre médecin. Pendant le trajet, comprimez fortement le sein (même si c’est douloureux) pour stopper l’hémorragie.
Si au cours des deux semaines qui suivent l’examen, vous observez une rougeur du sein accompagnée de fièvre et de douleurs, rendez vous chez le médecin qui a pratiqué l’examen ou chez votre médecin traitant.
Au moindre doute, n’hésitez pas à contacter le radiologue.

Si l’examen vous a été prescrit par un médecin extérieur à la Clinique du Mail : vous devez d’abord être vu en consultation par un radiologue du Mail.
Ensuite, le radiologue présentera votre dossier à l’unité de concertation mammotome :
en effet, la décision de faire pratiquer une biopsie doit être, au préalable, discutée avec d’autres spécialistes.
Cette commission se réunit tous les mois.
Une secrétaire médicale reprendra contact avec vous afin de fixer la date du rendez-vous de votre examen.

Si l’examen vous a été prescrit à la suite d’un examen mammographique effectué à la Clinique du Mail,
votre dossier sera présenté à l’unité de concertation mammotome et une secrétaire médicale reprendra contact avec vous afin de fixer la date du rendez-vous de votre examen.
Le rendez-vous pour la première consultation peut se prendre :

Lorsque vous prenez votre rendez-vous, il est utile de signaler au radiologue tout traitement en cours.
Si vous prenez des anticoagulants ou de l’aspirine, votre médecin jugera de la possibilité d’interruption de ce traitement et vous expliquera comment suspendre ces médicaments.
Il est également important de signaler toute allergie, notamment aux anesthésiants locaux.

Avant l’examen :
La prise d’antalgique prescrite par notre secrétariat est à prendre à votre domicile. Il n’est pas utile d’être à jeun.
Vous pouvez prendre un repas léger.

Le déroulement de l’examen

La patiente est allongée sur le ventre sur une table spécialement conçue à cet effet.
Une ouverture dans la table permet le passage du sein concerné pour procéder à l’examen.
Le médecin détermine la position exacte de la cible à biopsier à l’aide d’une mammographie.
Après désinfection, le radiologue réalise une anesthésie locale. Une incision minime (quelques millimètres) est nécessaire pour introduire l’aiguille.
La sonde est introduite au millimètre près.
Le médecin doit réaliser plusieurs prélèvements pour permettre le diagnostic, réalisés sans déplacer l’aiguille et récupérés par un mécanisme d’aspiration.
Un clip peut ensuite être mis en place permettant le repérage de l’anomalie. Ce clip est un repère nécessaire au chirurgien, en cas de nécessité ultérieure d’exérèse de l’anomalie.
En fin d’intervention, le médecin pose des stéristips et une bande compressive.
La bande doit être gardée 24h et les stéristrips 3 jours.

Durée 

L’examen en lui-même dure une vingtaine de minutes. La durée totale, en ajoutant le temps d’installation et la confection du pansement est d’une heure.

Vérifier dans la rubrique : nos sites les horaires d’ouverture

Le radiologue ne peut pas vous donner le résultat immédiatement car les prélèvements doivent être analysés par un médecin anatomo-pathologiste.

Les résultats vous sont communiqués par votre médecin auprès duquel vous prenez rendez-vous, 10 à 15 jours après le mammotome.

Il est également programmé une consultation avec le radiologue dans les 15 jours-3 semaines qui suivent l’examen, après que votre médecin vous ait annoncé les résultats notamment pour contrôler le geste et vérifier l’absence d’hématome.

Pour en savoir plus

Un mot de technique

Cette technique est apparue en 1994 aux Etats-Unis.
La biopsie mammaire consiste à prélever du tissu mammaire afin de l’étudier en laboratoire d’anatomo-pathologie.

Cette technique présente de nombreux avantages par rapport à la biopsie chirurgicale qui se pratique sous anesthésie générale, plus invasive et donc plus traumatisante pour la femme.

Les femmes se remettent rapidement d’une biopsie mammaire avec mammotome et la cicatrice reste à peine visible. Il faut savoir qu’environ 70 % des modifications du sein sont bénignes et ne présentent aucun danger pour la santé des femmes.

VOS QUESTIONS

Que faut-il apporter le jour de l’examen ?

  • L’ordonnance de votre médecin.
  • La liste écrite des médicaments que vous prenez.
  • Les produits de contraste qui vous ont été éventuellement prescrits lors de la prise de votre rendez-vous.
    Vous devez vous les procurer à la pharmacie et les apporter le jour de l’examen.
  • Les résultats de votre prise de sang si elle vous a été prescrite lors de la prise de votre rendez-vous ou par votre médecin traitant.
  • Les examens radiologiques et/ou CD rom précédents en votre possession ainsi que vos comptes rendus d’opération ou d’hospitalisation.
  • Votre carte VITALE et son attestation, vos justificatifs de mutuelle, la copie de la déclaration de votre médecin traitant.

Que faire si je suis enceinte ?
Il est parfois nécessaire de réaliser un examen pendant la grossesse. Cet examen ne comporte aucun risque pour le bébé en fin de grossesse.
Par contre, il faut éviter de pratiquer cet examen avant la fin de la 12ème semaine d’aménorrhée.
Dans tous les cas, il faut signaler, avant l’examen, un éventuel retard des règles ou une grossesse en cours.
La « meilleure » période pour passer un examen est pendant les règles et dans la semaine qui les suit.

Faut-il injecter un produit ?
L’examen nécessite parfois l’utilisation d’un produit de contraste pour améliorer la qualité des images et optimiser le diagnostic.
Le produit de contraste est administré sous la forme d’une injection intraveineuse et/ou d’un soluté à boire.
L’utilisation d’un produit de contraste dépend de l’indication et c’est le radiologue qui prend la décision.

Est-ce douloureux ?
Cet examen est totalement indolore. Si une injection intraveineuse est prévue, cela ne fait pas plus mal qu’une prise de sang.

Va-t-on me prendre à l’heure ?
Afin d’assurer le bon déroulement de votre examen, votre heure de convocation prévoit le temps nécessaire à la constitution de votre dossier administratif. Votre ordre de passage dépend de la nature de votre examen et de la disponibilité des machines. Ne soyez pas choqué si un patient arrivé après vous est pris en charge plus rapidement par le personnel médical.
Si vous vous inquiétez des délais d’attente, n’hésitez pas à vous adresser à une secrétaire qui vous renseignera.

Les radiographies sont-elles dangereuses ?
Non, si elles sont pratiquées par des radiologues qualifiés qui connaissent parfaitement les contre-indications à l’utilisation des appareils.
Les quantités de rayons délivrées au cours d’un examen radiologique standard sont équivalentes aux rayonnements naturels auxquels toute personne est exposée dans sa vie (montagne, voyage en avion, etc.)

Faut-il garder ses vieilles radiographies ?
Il est conseillé de garder ses anciens clichés pour au moins deux raisons :

  • Le radiologue pourra comparer l’ancienne radiographie avec une nouvelle et suivre une éventuelle évolution de la maladie de façon plus précise
  • Par mesure d’économie, afin de ne pas refaire des radiographies déjà réalisées dans un passé récent, et donc d’éviter une nouvelle irradiation.

Pour les conserver en bon état, veillez à ranger les pochettes dans un endroit sec, à l’abri de la lumière avec les comptes-rendus et CD-rom.

Qu’est-ce qu’un arthroscanner ?
C’est un examen qui associe un scanner et une radiologie. On injecte un produit de contraste dans l’articulation concernée pour améliorer la qualité des images. Il est réalisé pour l’exploration du genou, de la cheville, du coude, de l’épaule, de la hanche ou du poignet.

Qu’est-ce que l’allergie à l’iode ?
L’injection par voie veineuse ou artérielle de produit de contraste iodé provoque dans de rares cas une réaction de type allergique (sensation de chaleur, urticaire, bronchospasme, ou état de choc).
Il est donc nécessaire de signaler au radiologue, avant de passer l’examen, un antécédent allergique à l’iode ou toute autre manifestation allergique (pollen par exemple).